Les obsèques d'Omar Bongo sur RFI.

Omar Bongo a donné un rôle international à un tout petit pays grâce à une relation privilégiée qu'il a conservé avec l'ancienne métropole et à l'argent du pétrole pour financer sa diplomatie. Pour les obsèques du président gabonais, RFI a réalisé une émission complète et, il faut l'avouer, sans langue de bois. Les intervenants ont parlé de la Françafrique et des réseaux même si évidemment, on ne peut pas se limiter à cela. En parallèle, des images ont fleuri sur Internet et notamment celles où on le voit s'exprimer pendant la guerre du Biafra avec Jacques Foccart derrière lui. Tout un symbole. Les liens entre le Gabon et les partis politiques ont été évoqués comme le financement des partis politiques, d'abord gaulliste puis de tous les courants y compris les candidats Jean-Marie Le Pen ou François Mitterrand. Il a reçu de nombreux autres prétendants comme François Bayrou. Eva Joly a dénoncé ces largesses tout comme Giscard d'Estaing qui s'est plaint qu'Omar Bongo finance Jacques Chirac en 1981. Malgré ses liens privilégiés avec la classe politique française, Omar Bongo s'est senti trahi par son pays de tutelle en 2007 quand il est accusé par la justice française de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités. Maintenant que le président est mort, quels seront les changements dans la politique quotidienne du pays ? Elikia M'Bokolo rappelle que la moitié du PIB va au capital, un quart à l'Etat et un dernier quart au travail, comme dans d'autres pays en développement. Comment se passeront les prochaines élections ? La part des rivalités ethniques semble moins importante qu'au Congo voisin mais les rivalités familiales peuvent être parfois plus terribles. La succession est engagée et l'organisation des élections en 45 jours sera difficile car il va falloir réviser les listes électorales. Un intervenant annonce que le Gabon va donner une leçon de démocratie au monde. Jusqu'à présent les élections gabonaises ont souvent été critiquées par les opposants mais il sera cette fois-ci très important que les perdants du scrutin acceptent leur défaire pour que les élections ne débouchent pas sur une crise institutionnelle.

A lire aussi sur ce blog : Une citation de Jacques Chirac.


La Françafrique ou France en Afrique
envoyé par wanzea. - L'info internationale vidéo.

VGE : « Bongo a soutenu financièrement Chirac en 1981 »
envoyé par Europe1fr.

probst-omar-bongo
envoyé par bakchichinfo.

Notes : 1. Jacques Chirac et le président du Gabon, le 24 juillet 1999. (crédit AFP)